750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 00:25

  GigaSmiley.54e6683788a14827818d6d0170adca01

En promenade à Paris

Chagall au musée du Luxembourg et musée Zadkine

 

En ce moment et jusqu'en juillet, le musée du Luxembourg présente une belle exposition des tableaux de Chagall.

 

croissantD'abord une pause petit dej est indispensable quand on se lève tôt!! Un petit chocolat croissant chez Ladurée rue Bonaparte !

 

DSC03765.JPG

En passant, quelques photos des deux Magots, du café de Flore et de la brasserie Lipp. Un de ces jours, j'irai y faire un tour pour voir le décor 1900 ; elle a été créée en 1880 et elle est classée.

DSC03755.JPG

 

DSC03768.JPG

 

DSC03769.JPG

En passant devant l'église Saint germain des Prés, je ne me souvenais plus qu'il y a le Prométhée de Zadkine! Déjà dans l'ambiance!!! c'est presque la visite qui commence!!

 

DSC03756.JPG

Chez Ladurée,comme la salle du rez de chaussée est occupée par un groupe, on nous dirige vers le salon bleu à l'étage. Ca tombe bien je ne connaissais pas ; c'est très joli et chaleureux! Dans un cadre aussi beau, le  petit dej est encore meilleur!!

DSC03774.JPG

Ensuite, direction le musée du Luxembourg. C'est bien, en arrivant pour 10 heures quand ça ouvre, on ne fait pas la queue ; mais il y a déjà pas mal de monde dans les salles.

C'est magnifique!!! Et c'est chouette, on peut prendre des photos!!!!

 

Pour un aperçu de l'exposition, cliquez ici (site du musée du Luxembourg)

Des images :

 

 

En sortant, il y a un beau soleil et c'est agréable de rejoindre le musée Zadkine en passant par le jardin du Luxembourg

DSC03866.JPG

"Situé en bordure de Saint-Germain-des-Prés et du quartier Latin, le jardin du Luxembourg, qui s’inspire des jardins de Boboli, fut créé à l’initiative de la Reine Marie de Médicis en 1612.

Jardin privé ouvert au public, il entoure le Palais du Luxembourg où siège le Sénat, qui en est le propriétaire. Ses parterres ont été réaménagés par André Le Nôtre. Le jardin possède une partie à la française et des parties à l'anglaise. Entre les deux s'étend une forêt géométrique en quinconce. On y trouve aussi un verger, avec des variétés de pommes anciennes et oubliées, un rucher pour s’initier à l’apiculture, et des serres avec une collection d’orchidées. Les statues sont au nombre de 106 dont une réduction en bronze de la Statue de la Liberté et un monument Le Cri, l’Ecrit installé en 2007 commémorant l’abolition de l’esclavage."

DSC03861.JPG

"L'ancien palais royal aux réminiscences florentines est le siège du Sénat depuis 1958. Il est environné par un des plus grands jardins de la capitale (25ha).
Le principe du jardin public, distinct du jardin princier, que la bonté de ses propriétaires laissait à la disposition du peuple ne prévalut qu'à la fin du second empire.
La jouissance définitive n'en fut laissée au "vulgum pecus" que quand le comte de Provence (futur Louis XVIII) se trouva propriétaire du Luxembourg.
Contre un modeste droit d'entrée, on pouvait s'abreuver de boissons et se nourrir de fruits récoltés du verger.
Nombreux monuments et statues.
La fontaine Médicis est surmontée d'un fronton aux armes de la reine, c'est vraisemblablement une oeuvre de Salomon de Brosse construite dans le goût des grottes italiennes.
En se dirigeant vers le grand bassin, ne pas manquer le marchand de masques par Zacharie Astruc (1883) dont le socle est entouré des masque de Corot, Dumas, Carpeaux, Fauré, Delacroix, Balzac, Barbier d'Aurevilly.
Très fréquenté des habitants du quartier, le Luxembourg fut aimé des écrivains : Baudelaire, Lamartine, Musset, Verlaine, Victor Hugo, George Sand, Balzac, Hémingway, Sartre.
Les ruches, la roseraie et le jardin fruitier sont une réminiscence de la tradition horticole des chartreux et de la pépinière qui existait à l'emplacement de l'actuelle rue Auguste Comte avant les travaux de Haussmann."

 

On ressort du jardin par la rue d'Assas et juste en face de l'arrière du lycée Montaigne, au fond d'un petit passage étroit, on découvre le musée Zadkine.

DSC03918.JPG

"En 1981 Valentine Prax, la veuve du sculpteur , a institué la ville de paris comme légataire universel de l'ensemble de ses biens sous réserve qu'un musée soit dédié à son oeuvre. Un an plus tard le musée Zadkine était inauguré rue d'Assas. Le musée a fêté ses trente ans en 2012 et il vient de rouvrir après des travaux de rénovation.

dans la maison et les ateliers où Zadkine et son épouse, artiste peintre, ont travaillé pendant plus de 50 ans, un nouveau parcours attend le visiteur autour du jardin.

 

Chagall et Zadkine ont eu des destins parallèles. Comme Chagall Ossip Zadkine (1890-1967) est né à Vitebsk en Russie en 1890. Il passe son enfance à Smolensk avant d'être envoyé par son père en Angleterre en 1907. Il arrive à Paris à l'automne 1907 ; il a 19 ans. Logé à la Ruche dans un atelier de la rue de Vaugirard, pui rue Rousselet, il s'installe rue d'Assas en 1958. Il ne retournera jamais dans son pays natal. Ami de Modigliani, de Cendrars, de Max Jacob, et d'autres, Zadkine, en tant que sculpteur, acquiert une renommée internationale dès les années 20.

Exilé aux Etats Unis pendant la 2è guerre mondiale comme Chagall, il développe une activité d'enseignement qu'il poursuit à l'Académie de la Grande Chaumière à son retour à Paris en 1945  et dans son propre atelier. Il est l'un des représentants majeurs de l'école de Paris en sculpture. Comme Chagall il fait transparaître dans ses oeuvres un témoignage de l'exil et des grandes tragédies du XXè siècle.

 

Zadkine cherche une manière personnelle et libre de construire les formes. Tournant le dos à l'académisme encore dominant et à l'influence de Rodin, il puise dans l'archaisme et le primitivisme son goût pour la disproportion, la simplification des plans."

( source "Guide de visite" du musée Zadkine)

 

A la fin de la visite, un samovar nous attend pour une petite dégustation réconfortante avant de repartir.

J'ai vraiment adoré ce petit musée! Le jardin est minuscule mais tellement agréable, on se sent bien tout de suite, au calme..

 

Après la visite, direction Bercy pour un petit resto!Les visites ça creuse!

5398-felin-gifs-12

Aujourd'hui grâce à Aurore, c'est Boco ; c'est sympa et original, tout est présenté dans des bocaux, de l'entrée au dessert! Et c'est bon!!!!!

DSC03978.JPG

DSC03976DSC03980.JPG

Après manger, un petit tour chez Fragonard, pour voir la nouvelle boutique qui veint d'ouvrir.

DSC03973.JPGDSC03974.JPGDrôle de rencontre!!!

Maintenant direction le Café Pouchkine!! Miammmmm!! J'adore!!! Et en plus c'est beau!

DSC03984.JPGEt une fois les provisions faites pour le dessert, en route pour la mairie du Xè, pour voir l'exposition sur le cinéma Louxor qui vient d'ouvrir, tout beau tout restauré!!!

A suivre...  (cliquer ici!!)

 

chat qui court

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 23:40

 

cartouche.gif

La restauration du cinéma Louxor

 

La mairie du Xè présente une belle exposition sur l'histoire et la restauration du cinéma Louxor. On suit son évolution depuis sa création et les étapes de sa restauration jusqu'à sa réouverture le 18 avril 2013 grâce à l'association "Les amis du Louxor".

DSC04036.JPG

"Situé au carrefour du Boulevard La Chapelle et Magenta, Le Louxor est un exemple d'architecture antique des années 20 et tire son nom de sa façade néo-égyptienne.

C'est l'architecte Henri-André Zipcy qui en a dessiné les plans au début des années 20. A l'emplacement d'un immeuble haussmannien qui abritait le grand magasin "Sacré Coeur Nouveautés", il conçoit un cinéma. L'architecte Philippe Pumain, chargé de la réhabilitation du Louxor, s'émeut de ce que ce cinéma aura été la seule oeuvre d''Henri-André Zipcy . " C'est son seul bâtiment, il n'a rien fait d'autre et c'est un site qui fonctionne très bien, extrêmement bien pensé. Le Louxor est un petit chef-d'oeuvre"

Dès son inauguration le 6 octobre 1921, le bâtiment impose sa personnalité au carrefour des boulevards La chapelle et Barbès : C'est un immense complexe de 1195 places, qui rompt avec les salles standardisées qui existent à l'époque. Son style égyptisant est dans l'air du temps et s'orne de mosaïques fabriquées par la maison Gentil et Bourdet (Billancourt), conçues par Amédée Tibéri.

Le succès est immédiat. Le tout Paris se presse dans la salle (fumeuse!) et aux deux balcons. A partir de 1922, le Louxor est intégré au groupe Fournier Lutetia.

La programmation propose alors des films muets le plus souvent accompagnés d’un orchestre. On y voit également des actualités et des interludes proposant de courtes saynètes et des distractions."

 

egyptes.gif

"En 1930 la gérance est prise par la société des cinémas Pathé et c'est l'une des premières salle équipées pour le cinéma parlant. Des travaux sont réalisés et transforment le décor en décor néo grec!

Da,s les années 50 dans une salle rénovée on passe des séries B,des péplums, des films noirs. Quand la télévision fait son apparition le Louxor doit s'adapter au changement de public et aux changements d'habitudes des Parisiens et dans les années 70 la programmation s'oriente vers des films indiens ou arabes en langue originale.

Le cinéma n'est pas toujours très bien fréquenté ; le nombre de spectateurs diminue tandis que la valeur patrimoniale du bâtiment prend progressivement le pas sur la programmation des films."

film_14.gif

"En 1981, les façades et les toitures du bâtiment sont inscrits sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en même temps que l’Eldorado, le Rex et la Cigale. Cette inscription protège le Louxor d’une démolition ultérieure. 

En 1983, Pathé ferme le cinéma et le cède à la société Tati pour 6 millions de Francs.

En 1985, le bâtiment échappe de justesse à un projet de vente au détail qui impliquait des modifications de façades. Faute de pourvoir y installer un magasin, Tati cède la gérance du lieu à des discothèques : Le Louxor devient d’abord la Dérobade avant de céder la place à la discothèque gay le Megatown. "

 

"En 1987, la discothèque ferme ses portes et le Louxor amorce une longue période de sommeil, suscitant la mobilisation d'associations, telles que Actions Barbès, les Amis du Louxor ou Histoires et vies du 10e. "

DSC04034.JPG
"Le sommeil du Louxor durera jusqu'en 2003, date à laquelle la ville de Paris s’en porte acquéreuse. Suite à de nombreuses études et à un appel d'offres pour le marché public de maîtrise d'oeuvre, l'architecte Philippe Pumain est désigné par la Ville de Paris pour la réhabilitation des lieux. Le permis de construire est accordé le 8 janvier 2010. 

Le projet de réhabilitation de Philippe Pumain s’apprête aujourd'hui à sortir la bâtisse égyptisante d’une longue période de doute et de débats houleux."

Inauguré en avril 2013 le Louxor renaît!

images.jpgbastet.jpg

"C'est maintenant un cinéma "Art et Essai" qui offrira dans ses trois salles une programmation diversifiée et accessible à tous. Ancré dans le quartier de Barbès, il proposera des actions de médiation, d'éducation à l'image, des festivals de cinéma et une université populaire du cinéma pour tous les publics. Une attention particulière sera portée aux cinématographies du Sud."

 

Source : site de la Mairie de Paris

 

L'exposition en photos et le Louxor (Photos FP)

 

Maintenant je voudrais bien voir l'intérieur... j'ai très envie d'aller voir un film et prendre un café sur la terrasse pour admirer la belle vue sur le Sacré Coeur!!! 


Pour plus d'infos et des photos anciennes :

Voir aussi le site Paris-Louxor
Site officiel du cinéma Louxor  

Partager cet article
Repost0
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 23:11

GigaSmiley.54e6683788a14827818d6d0170adca01

 

 

 

Promenade à Paris

Palais Royal - Hôtel de ville - Louvre - Bercy -

Le Bon Marché

 

Les photos de ma promenade!!

 

Gifs Anim�s Mode (6)Objectif n°1 : l'exposition Paris Haute Couture à l'hötel de ville.Pour pouvoir rentrer il faut arriver pour l'ouverture à 10h, sinon il y a trop de monde!!!

 

De la gare du Nord, direction le Palais Royal pour faire des photos dans les jardins, et après, tout droit vers l'hôtel de ville.

 

L'expo est magnifique!!! Ca me donne envie d'aller au musée Galliera quand les travaux seront finis!!!

Pour voir l'expo

 

chat qui court

Ensuite direction le Louvre pour voir l'expo sur les dessins égyptiens "L'art et le contour"

Mais avant, une petite pause au café Marly pour un petit chocolat. Ca réchauffe!!!

 

DSC02814 DSC02816.JPG

 

L'intérieur est dans le style Napoléon III et la galerie-terrasse donne sur la pyramide du Louvre. Mais vu le temps, on est mieux à l'intérieur!!

 

DSC02830.JPG

L'exposition est superbe!! Et le matin il n'y a pas encore trop de monde.

Pour voir l'expo

chat-livre

Après le Louvre, direction Bercy pour une petite pause resto!!

Un petit tour dans le parc...;

DSC02848.JPG

 

Après manger, je voudrais essayer d'aller voir Chagall au Luxembourg.

Sur le chemin, un petit coup d'oeil au Procope, le plus ancien café de Paris, dans la cour du commerce St André.

DSC02896.JPG

 

En route on croise aussi de drôles de bêtes...

DSC02903.JPG DSC02904.JPGDSC02905.JPG

 

Comme il y a trop de monde pour Chagall, je reviendrai la prochaine fois, le matin.

Je continue jusqu'au Bon Marché où il y a une expo sur le Brésil

brazilflag

L'église Saint Sulpice, entre deux averses....

DSC02917---Copie.JPG

chat 212

 

Place Michel Debré, le centaure de 5 mètres de haut de César ( la tête est un autoportrait) a été installé en 1985 en hommage à Picasso.

DSC02926.JPG

 

Et on est juste devant la boutique Natura Brasil!!!

DSC02930.JPG

Des têtes de femmes en mosaïque Art nouveau ornent l'entrée de la Société Générale rue de Sèvre.

DSC02932.JPG

 

En continuant la rue de Sèvre, on arrive au Bon Marché, un des plus anciens Grands magasins, dont s'est inspiré Zola dans "Au bonheur des dames"

DSC02940.JPG

 

Juste en face, l'hôtel Lutetia créé en 1910, premier hôtel à l'architecture Art déco de Paris.

DSC02938.JPG

 

Et avant de reprendre le train, petit passage au café Pouchkine!!!

DSC02972.JPG

chatsurhamac

Maintenant, le diaporama avec toutes les photos!!!

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 23:53

noel rene034

 

Noël 2012 à Paris

de7d5964

Petite promenade à Paris pour voir les décorations de Noël dans les grands magasins.

C'est féérique!!!!!!

Toutes les photos

 

Première étape : le petit dej au café Pouchkine!!!

 

DSC04736 DSC04737DSC04735

 

(www.parisinfo.com)

Les Galeries Lafayette présentent le "Noël du siècle" pour célébrer, comme il se doit, les 100 ans de la célèbre coupole du grand magasin.

Louis Vuitton décline plusieurs vitrines sur le thème "Le Bal du siècle" en s'inspirant de l'architecture du dôme Art Nouveau. les vitrines « Bal du Siècle » aux Galeries Lafayette retracent les 158 ans d’histoire de la Maison Louis Vuitton, de la bagagerie vintage aux articles de maroquinerie ou de prêt-à-porter actuels.

Symbole de savoir-faire d’excellence et de précision, chaque vitrine se veut l’évocation de l’esprit de fête qui règne en fin d’année et est destinée à émerveiller petits et grands venus par milliers admirer les vitrines de Noël des Galeries Lafayette. Issue des quatre coins de la planète, une ménagerie d’animaux exotiques, composée notamment d’ours, de pingouins, de pandas et de flamants rose, rend hommage au lien qui unit Louis Vuitton au voyage dans un ballet savamment orchestré.

DSC04661

 

DSC04654DSC04663DSC04667

 

DSC04691

DSC04701


Les princesses Disney - Raiponce, Cendrillon, Blanche-Neige, la Belle au bois dormant... enchantent elles-aussi les vitrines du magasin Haussmann par leur univers féérique.

DSC04624

Raiponse

DSC04629

Cendrillon

 

DSC04633

La Belle et la Bête

 

DSC04642

La Belle au Bois dormant

 

DSC04643

Blanche Neige

 

Et le plus féérique...;

le carosse de cendrillon!!!!!

DSC04683 - CopieToutes les 6 minutes Cendrillon apparaît...

DSC04685 - Copie 

 

L'immense et majestueux sapin de Noël installé traditionnellement sous la coupole est serti de 120 brillants Swarovski et est surélevé par un scintillant lustre de 9m de haut orné de 5000 cristaux de la célèbre marque. Sa cime culmine à 21 mètres.
DSC04677
La façade des Galeries Lafayette s'illumine d'une nouvelle parure de l'artistes-sculpteur Yann Kersalé "Chrysalide". Cette création évoluera au cours de saisons et est complétée par une installation pérenne sur la coupole du grand magasin. (www.parisinfo.com)

A lire pour en savoir plus

 

Une exposition pour les 100 ans

 

Histoire des Galeries La Fayette

 

Le Printemps a choisi pour Noël de rendre hommage à la Maison Christian Dior, emblématique du Paris de la Mode, du Paris de la couture, du Paris de la création et de la parisienne.
Imaginées telle une ballade onirique dévoilant les trésors et les faces cachées de la capitale, "Inspirations parisiennes by Dior" se décline au travers de 4 lieux symboliques : l'hôtel particulier, le Bal à l'Opéra, le jardin d'hiver et la fête.

Les vitrines du Printemps invitent à un voyage onirique au coeur d'un Paris enneigé. Chacune d'elles reprend un lieu emblématique de la capitale
Pour les 4 vitrines animées, "La patinoire Tour Eiffel", "Les toits, les ballons", "La fête foraine", "Le Bal", 74 poupées restituent fidèlement certains modèles iconiques du couturier Christian Dior.
DSC04707

DSC04722

DSC04744


DSC04754  

DSC04712

DSC04717

 

Les façades s'ornent de volutes lumineuses reprenant les dessins ornementaux des jardins à la française et de montgolfières géantes symboles d'un départ imminent.

DSC04890

 

  En route vers le Grand Palais, en passant par la rue Royale.

DSC04774DSC04780DSC04847

 

DSC04819

 

Le marché de Noël des Champs Elysées

DSC04801

DSC04802

Miammm!!

DSC04815

Bonjour Père Noël!!!

DSC04798

Exposition Bohèmes aux Champs Elysées

 

Visite guidée

 

Après l'expo, direction Bercy Village pour aller manger avec Aurore et Mélanie!

DSC04852.JPG

DSC04862

DSC04864DSC04853.JPG

Cette fois-ci on vachez "the Frog"

DSC04861

Elle est trop rigolote!! j'adore!!!

Après manger, retour par le café Pouchkine pour prendre le dessert pour le soir!

DSC04951.JPG

Aujourd'hui une nouveauté!! Chloé, une mousse au café sur un biscuit sablé!

 

En passant Boulevard des Capucines, un coup d'oeil à l'ancien atelier de Nadar.

DSC04865

Il s'était installé au n° 35 en 1860 alors qu'il était encore débutant. Il avait fait faire d'énorme travaux dans ce bâtiment qui n'avait qu'un étage édifiant un véritable palais de verre grâce aux nouvelles techniques de construction fondées sur des structures métalliques. les ateliers ont été démolis en 1993 mais la façade de l'immeuble a été conservée.

 

Encore de belles vitrines aux galeries La Fayette maison!

DSC04875DSC04881

 

DSC04879

 

DSC04885

DSC04895

Sapin géant au Printemps

DSC04944

J'adore!!!!

 

Avant de repartir, un petit tour sur la terrasse des galeries la Fayette

 

DSC04916DSC04911

 

DSC04909

DSC04920

DSC04928

DSC04931

DSC04918

DSC04912

 

Et voilà, la promenade se termine pour aujourd'hui!

La semaine prochaine, un autre itinéraire...

A suivre.....

noel rene017

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 12:31

chat 212Promenade à Montmartre

 

Le temps était un peu capricieux, mais la promenade était super!!!

Ce n'est qu'un début, il y a tellement de choses à voir!!! Il faudra y retourner!!!!

Quel dépaysement!!!!

 

Départ de la Place Pigalle

DSC04359

 

Puis la Place des Abbesses. Son nom vient des Bénédictines qui étaient installées.

DSC04369

DSC04379

L'église Saint-Jean


Voir la construction de l'église

 

 

 

Pour voir des vieilles photos de Montmartre sur le site de Paris Unplugged, cliquez ici

 

Le square Jehan Rictus se trouve à l'emplacement de l'ancienne mairie du XVIIIè. On peut y voir le "mur des je t'aime"

créé à l'initiative de Frédéric Baron (voir le lien) qui a rassemblé les mots "je t'aime" dans plus de 300 langues.

 

DSC04372DSC04373

 

Petite pause chez Coquelicot!!

DSC04387

DSC04380

 

chat nourriture

 

DSC04394

La maison de Dalida rue d'Orchampt

Un peu plus loin, une place fut nommée en sa mémoire en 1997, à l’angle des rues de l’Abreuvoir, Girardon, et de l’allée des Brouillards.

DSC04419

 

Le Moulin de la Galette (ex blute-à-fin) se trouve mentionné pour la première fois en 1622 sous le nom de Moulin du Palais. Il rentre dans le patrimoine de la famille Debray en 1809 et fait de la farine. Transformé aussi en guinguette en 1870, il fait double emploi avec le Moulin Radet voisin. Les Debray décident donc de ne garder qu'un seul moulin : le choix se porta sur le butte-à-fin qui récupère alors vers 1895 le nom de Moulin de la Galette. Très fréquenté par les peintres, il connaîtra son heure de gloire en étant peint par Renoir, (le bal du moulin de la galette) mais inspira aussi Toulouse-Lautrec et Picasso. Avec le Moulin Radet, c'est le dernier rescapé des trente moulins qui ornaient jadis la butte Montmartre. C'est aussi le seul en parfait état de marche. Il ne se visite pas de l'intérieur et l'on ne peut l'aperçevoir que depuis la rue Lepic à une certaine distance, il est placé en hauteur.(source : montmartre-paris-france.com)

Pour voir le tableau de Van Gogh cliquez ici

DSC04397

Ciné 13

Ancien théâtre du Tertre, le ciné 13, tel qu'il est aujourd'hui, a été construit en 1983 par Claude Lelouch qui a entièrement décoré le lieu à l’occasion du tournage du film Edith & Marcel.

Par la suite, la salle est longtemps restée un cinéma où le réalisateur diffusait ses films en avant-première. Puis de 1988 à 1998 Martine Lelouch s'est occupée de la programmation, elle a notamment accueillit Marc Hollogne pour son spectacle Marciel monte à Paris qui a obtenu le Molière du meilleur spectacle en 1998. Puis les 4 années suivantes sont sous la direction de Geraldine Danon.

Enfin, Salomé Lelouch en prend la direction en 2003. (source cine13-theatre.com) Voir le lien plus haut.DSC04407

 

 A côté de Ciné 13, un interphone avec des noms de célébrités liées à l'histoire de Montmartre : Bonnard, Chagall, Magritte... Ce sont des pseudonymes que se sont choisis les habitants de cette petite enclave pour ne pas êtree dérangés. Claude Lelouch en fait partie (Promenade dans les villages de Paris, Parigramme)

DSC04404 DSC04403DSC04405

 

Jusqu'au XIXè siècle il y avait des sources sur ce petit plateau et à l'aube comme au crépuscule les vapeurs qui s'en dégageaient provoquaient au contact de l'air frais de la condensation. il y avait là au début du XVIIè s. une vacherie réputée pour l'excellence du lait qu'on y tirait, puis un bal champêtre dit des Berceaux verts, lui-même remplacé en 1772 par la folie du marquis Lefranc de Pompignan. C'est cette bâtisse blanche au fronton triangulaire, le Château des Brouillards. Vers 1890 des artistes démunis, Steinlein, Poulbot, Duchamp-Villon, Van Dongen, occupèrent le château abandonné tandis que son parc devint le refuge de miséreux, le "maquis".

DSC04413

 

La rue de l'Abreuvoir

DSC04411

 

DSC04428

 

La maison rose peinte par Utrillo (cliquez sur le lien pour voir le tableau)

DSC04431

 

Au carrefour, à l'angle, on est devant le Lapin agile

DSC04435

Le Lapin Agile est le plus vieux cabaret de Paris. Minuscule bâtiment, situé au sommet de la butte Montmartre au 22, rue des Saules dans le 18e arondissement, il a été sauvé de la démolition par Aristide Bruant, vers 1900. On y accède à pied, « en haut de la rue Saint Vincent». Le cabaret, appelé à l'origine le Cabaret des Assassins, doit son nom à un jeu de mots sur Gill et lapin. En 1875, le propriétaire de l'époque confie au caricaturiste André Gill la confection d'une enseigne ; celui-ci peint sur le mur extérieur un lapin s'échappant de la marmite qui lui était destinée et le cabaret est connu sous le nom de lapin à Gill, bientôt transformé en lapin Agile. Ce cabaret a vu passer de très nombreux artistes, peintres, chanteurs et poètes de la fin des XIXe et XXe siècles tels que Apollinaire, Francis Carco, Dullin, Utrillo, Jacob, Modigliani, Picasso. (Montmartre-paris-france.com)

 


Le clos des vignes

rappelle le souvenir des premiers vignobles montmartrois qui couvraient au Moyen Age 95% du sol de la paroisse, avant que les ceps ne soient arrachés au profit des céréales et maraîchages.

DSC04439

 

En faisant le tour on arrive rue Cortot. A partir de 1885 le n°16 avait pour locataire Aristide Bruant

Derrière le porche du n°12, au fond du petit jardin se trouve la plus vieille maison du village, devenue en 1961 le musée de Montmartre. Elle fut au VXIIè siècle la demeure de Claude de la Rose, dit Rosimond, un comédien de l'hôtel de Bourgogne qui jouait le répertoire de Molière.

DSC04447

DSC04452

chat23

DSC04455

 

Actuellement le musée présente une très belle exposition sur le cabaret "Le chat noir".

Beaucoup d'artistes sont venus dans cette maison ; le jardin a été peint par Renoir ; on y retrouve la balançoire d'un de ses tableaux et les fleurs replantées dans le jardin ont été choisies d'après les tableaux.

Pour en savoir plus : Steinlein et les chats

(Montmartre secret)

 

DSC04463

L'atelier au fond a été occupé de 1906 à 1909 par le peintre Emile Bernard. Suzanne Valadon et son fils maurice Utrillo lui succédèrent.André Utter, compagnon de Suzanne valadon, les rejoint en 1911. Après le départ de Suzanne valadon et Maurice utrillo pendant la première guerre mondiale, André Utter y habitera jusau'à sa mort en 1948.

 

DSC04465

Voir le tableau La balançoire

 

Les artistes de Montmartre : cliquez ici

 

La Bonne Franquette

C'était le rendez-vous de nombreux artistes.

DSC04476

 

La Place du Tertre accueille toujours de nombreux peintres... et des touristes!!!!

DSC04486

 

  Et nous voilà devant le Sacré Coeur!

C'est une basilique dont la construction fut décrétée par une loi votée par l'Assemblée nationale le 23 juillet 1873 après la défaite de 1871 pour « expier les crimes des communards », ainsi que pour rendre hommage à la mémoire des nombreux citoyens français qui ont perdu la vie durant la guerre franco-prussienne. C'est l'architecte Paul Abadie (mort en 1884) qui gagne le concours pour sa construction. La première pierre a été posée le 16 juin 1875, et l'église a été construite avec la participation directe du gouvernement de la Troisième République pour célébrer le départ d'un nouveau régime, dont les lois constitutionnelles ont été votées la même année. Toutefois elle n'a été achevée qu'en 1914 et consacrée qu'en 1919, après la fin de la Première Guerre mondiale, qui ironiquement a été vue par beaucoup de Français comme une vengeance contre l'Allemagne victorieuse lors de la guerre franco-prussienne. (lire la suite sur le site montmartre-paris-france.com)

DSC04495

DSC04502DSC04503

 

DSC04506

 

DSC04511

 

DSC04514

Pour en savoir plus sur Montmartre cliquez ici

le site de la butte Montmartre

Des photos et cartes postales anciennes : paris1900l'artnouveau.com

 

Toutes les photos de la promenade dans l'album

 

A bientôt pour la suite de la visite!!!!!

 

chat20

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 13:12

 

GigaSmiley.54e6683788a14827818d6d0170adca01Balade à Paris de Passy à la Madeleine

 

 

Au départ, c'est pour aller voir l'exposition du Petit Palais "Poèmes de cristal" que je n'ai pas encore vue et qui est prolongée jusqu'au 30 septembre.

Pour le petit dej et pour continuer ma dégustation des bons chocolats chauds de Paris, il y a longtemps que j'ai envie d'aller goûter celui de Carette. La promenade commence donc au Trocadéro par un croissant-chocolat dans le salon de thé style arts déco, et au passage une petite pensée pour ma copine Vanessa en Bretagne qui venait là quand elle était petite!

DSC03765

 

DSC03751 DSC03760 - Copie

 

DSC03755

Le cadre est beau, le croissant et le chocolat un vrai délice (c'est déjà un régal pour les yeux, servis dans un joli service à fleurs et un petit pot argenté!). Encore un bon chocolat! Il va falloir que j'aille regoûter les autres pour trouver lequel est le meilleur, je n'arrive pas à me décider!!

C'est dommage, pas le droit de prendre des photos!! On ne verra les beaux gâteaux que de loin!

 

Après cette petite dégustation, direction la maison de Balzac. Comme je suis dans le quartier, j'en profite pour aller repérer, car c'est fermé jusqu'en octobre pour cause de travaux ; on peut quand même voir l'extérieur.

En suivant l'itinéraire conseillé par mon guide, je longe le grand mur du cimetière de Passy

 

DSC03768.JPG

Avant 1867 la colline de Chaillot était plus haute qu'aujourd'hui. Une plate-forme en calcaire courait jusqu'à la butte de l'Etoile. Le calcaire a été exploité par les carriers et cette partie de la colline arasée pour l'aménagement du Trocadéro. La différence d'altitude entre hier et aujourd'hui est matérialisée par la hauteur impressionnante du mur.

 

Je rejoins la rue Raynouart en traversant la place de Costa Rica.cette rue était déjà entièrement bâtie en 1730. Dans les années 1910/1930 une nouvelle génération de constructions a chassé la précédente, et il ne reste que ce castel néomédiéval en briques rouges au n°5.

 

DSC03775

Sur la gauche, un escalier étroit de 144 marches, le "Passage des eaux", conduit à la rue des eaux (à cause des anciennes sources thermales d'eau ferrugineuse).

DSC03776

Au fond de la rue des eaux (!!), dans une petite cour se cache le musée du vin. Consacré au vin, à son élaboration et à son histoire, c'est un des plus curieux musées de Paris.

 

DSC03779 DSC03782 DSC03787

DSC03783 DSC03785

On pénètre dans des galeies creusées dans le roc, aménagées en salles d'exposition et en restaurant.Ce sont d'anciennes carrières redécouvertes dans les années 50 par un restaurateur parisien qui en fit d'abord un cellier pour les restaurants de la tour Eiffel, puis eut la bonne idée d'ouvrir l'endroit aux visiteurs.

L'immense forêt de Rouvray couvrait encore la colline de Chaillot quand les moines au VIè siècle, décidèrent de défricher quelques hectares pour s'y installer. Ils étaient vêtus simplement de longues robes à chaperon retenues par une ceinture à 5 noeuds ; Surnommés "les Bonshommes", les moines transformèrent une grande partie de la colline en une vaste vigne (on a pas loin la rue Vineuse). Plus tardn découvrant d'anciennes carrières de calcaire, ils aménagèrent un vaste cellier toujours visible, où l'on peut maintenant déguster un verre avant de repartir dans le XXIè siècle!

(Paris Secret et insolite, Rodolphe Trouilleux, Parigramme)

 

Je n'ai pas le temps de visiter mais je prends quand même quelques renseignements pour la prochaine fois, car ça m'a donné envie de revenir pour une visite dégustation!!

 

Je continue en traversant le parc de Passy. C'est ce qui reste du parc thermal de Passy, jadis réputé pour la beauté de ses arbres ; il a échappé aux constructions car le sol manquait de stabilité. Heureusement!!

 

DSC03799

 

Au bout, une construction surprend au milieu des immeubles modernes! C'est l'hôtel de la princesse de Lamballe, qui abrite maintenant l'ambassade de Turquie ; c'est la seule demeure aristocratique de Passy qui subsiste. L'hôtel fut loué en 1845 par le docteur Esprit Blanche qui y installa une maison de repos pour aliénés. Gérard de Nerval, Charles Gounod et Guy de Maupassant y séjournèrent.

DSC03800

A côté, il faut chercher un peu pour trouver la rue Bertin, une toute petite rue étroite en zigzag avec des réverbères comme au XIXè siècle. On se croirait à la campagne!!! 

 

DSC03803  DSC03802  DSC03812

D'après le guide, c'était primitivement un chemin qui, des berges de la Seine, montait au sommet des coteaux de Passy à travers les vignobles. Il y a encore les bornes qui servaient à isoler les piétons avant l'apparition des trottoirs.

Une borne appuyée contre le mur indique toujours la limite entre la seigneurie de Passy et celle d'Auteuil.

DSC03810

C'est en 1840 que Balzac, quittant sa propriété de Ville-d'Avray criblé de dettes, emménage rue Basse dans cette maison loin de tout et perdue dans la verdure. Elle est bien pratiue avec une partie dérobée dans la rue Berton, permettant d'échapper aux créanciers par la porte verte! Balzac n'ouvrait qu'aux visiteurs connaissant le mot de passe : "La saison des prunes est arrivée", ou "J'apporte des dentelles de Belgique".

(Source : Promenade dans les villages de Paris ; Dominique Lesbros, Parigramme2011)

 

DSC03811

Depuis 1960 la maison-musée de Balzac est ouverte au public ; on y accède par la rue Raynouard. Depuis la rue Renouard qu'on rejoint par un escalier, on voit la maison entourée de son joli jardin, et on a une belle vue sur la tour Eiffel.

 

DSC03813  DSC03818  DSC03823

DSC03821

 

De retour au XXIè siècle, je remonte la rue Raynouard et je rattrape les quais de la Seine.

Et maintenant, séance tourisme!!! Photos de la tour Eiffel, la Seine, les bateaux.... je longe les quais jusqu'au petit Palais. C'est agréable, il y a un beau soleil et il fait doux!! C'est super pour les photos!!!

 

DSC03832  DSC03846  DSC03842

 

DSC03844 DSC03848

DSC03859 DSC03861 DSC03867

DSC03860

Voilà le Petit Palais.

 

DSC03870 DSC03874 DSC03869

 

L'exposition "Poème de cristal" est superbe!!

 

Comme je vais manger à Bercy,  je continue ensuite jusqu'à la Madeleine pour prendre la ligne 14, c'est direct.

Un petit coup d'oeil chez Maxim's

DSC03886

la vitrine de Ladurée (toujours aussi belle!)

DSC03897 DSC03898

 

la galerie Royale

DSC03889 DSC03891 DSC03892

 

une petite visite de l'expo d'arts contemporain à la Madeleine, et me voilà en route pour le cours Saint Emilion.

DSC03902 DSC03904  DSC03905

 

DSC03914.JPG

Après une belle salade Toscane, retour à la Madeleine et petit passage habituel au café Pouchkine pour prendre un petit dessert pour le soir. J'adore ce salon de thé!!!!! Le plus dur c'est encore de choisir les gâteaux, à chaque fois c'est pareil.... Cette fois-ci ce sera un éclair au chocolat (diabolique la crème!!!) et un Saint-Honoré fabuleux!!! Sur un sablé tout fin, des choux garnis de crème à la vanille, avec du caramel croustillant et une crème Chantilly pralinée légère, légère.....) Et qu'ils sont beaux ces gâteaux!!!!La journée finit en beauté!! Et c'est bien mérité, j'ai beaucoup marché!!!

 

DSC03916.JPG DSC03915.JPG

 

 

Maintenant, je prépare ma prochaine balade!! Ca sera dans le Marais, avant d'aller à la boutique Natura Brasil avec mes copines!!!

 

Pour voir toutes les photos, cliquez ici!!

 

A suivre.....

 

3604-felin-gifs-chat-111

Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 00:16

signature 4

Suite de la promenade...

 

Après midi, Un petit détour par l'hôtel de ville...

DSC09226DSC09229

 

Il y a trop de monde pour aller voir les photos de Doisneau, on verra une autre fois!

 

Direction la rue du Bourg Tibourg pour aller chercher du thé chez Mariage Frères (Marco polo mon préféré!!!) Créée en 1854, c'est la plus ancienne maison de thé.

DSC09239

 

Pas très loin, rue des archives on peut voir la maison de Jacques Coeur ; c'est aujourd'hui une école. Autrefois, la rue de l'Homme armé s'étirait entre les rues Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie et des Blancs-Manteaux. Cette voie était si étroite que les charretiers ne pouvaient l'emprunter. Elle a été intégrée à la rue des Archives lors de son élargissement au XIXe siècle. Elle ne survit que par cette maison du XVe siècle. Ce bâtiment est désigné comme la maison de Jacques Coeur.  En réalité, il est plutôt attribué à son fils Geoffroy, dont on suppose que les armes ornaient les vitraux des fenêtres. Sa fille, Marie Coeur, épouse d'Eustache Luillier, occupa cette maison au XVIe siècle.

Cette maison a été considérablement modifiée par ses propriétaires successifs. Des travaux engagés en 1971 ont permis de découvrir sous le plâtre l'essentiel des briques et des vestiges des fenêtres à menaux. Une restauration soignée et respectueuse a redonné vie à cette élégante et joyeuse façade. c'est un témoin rarissime à Paris de ce type d'architecture polychrome.

 

Un peu plus loin rue Vieille du Temple, on passe devant la rue du Trésor.

DSC09235

En 1882, un coup de pioche heureux permit de découvrir dans les décombres de l'Hôtel d'Effiat, en cours de démolition, un vase de cuivre renfermant un joli trésor composé de monnaies d'or, francs à cheval du roi Jean le Bon et francs à pied du roi Charles V, totalisant la somme de 7882 livres.

Ce trésor fut mis en vente et le musée Carnavalet se porta acquéreur du vase et de quelques échantillons. La rue en cours de percement en lieu et place de l'hôtel devait permettre la jonction entre les rues Vieille-du-Temple et des Ecouffes ; elle prit ainsi le nom de "rue du Trésor".

 

Au 41 rue du Temple on passe devant le "Café de la Gare".

DSC09207

C'était au XIXè siècle une auberge de roulage dont la cour abritait sous une vaste charpente aujourd'hui disparue cles coches et les voitures qui faisaient halte.

En fait la vieille auberge est un hôtel particulier du XVIIè siècle. Il subsiste un escalier Louis XIII, le corps de logis principal  et l'aile gauche.

 

En passant, un petit coup d'oeil à Beaubourg, et direction la rue Saint Honoré.

DSC09210DSC09212

 

Un petit coup d'oeil au village Saint Honoré, avec les boutiques d'antiquités et d'objets d'art.

DSC09243DSC09245DSC09246

 

Oh la belle vitrine!!!

DSC09248

 

Rue Jean-Jacques Rousseau on entre dans la galerie Véro-Dodat. Elle porte les noms des charcutiers Véro et Dodat qui ont décidé en 1826 de construire un passage entre les rues de Bouloi et Jean-Jacques Rousseau.

DSC09249DSC09250DSC09252

 

La décoration classique (cornes d'abondances, palmettes et caducées), le pavement de marbre noir et blanc, les devantures des boutiques auxquelles on a voulu donner une apparence luxueuse (faux acajou, colonnettes en faux onyx), tout évoque la prospérité et le luxe.

 

En remontant la rue des Petits champs ontraverse la place des victoires et derrière on trouve la jolie place des Petits pères avec ses boutiques et la boulangerie "Le Panetier".

DSC09266

 

DSC09267

 

DSC09273

Le passage des Petits Pères mène rue de la Bourse à l'entrée de la galerie Vivienne

DSC09274DSC09277DSC09278

Elle est construite en 1823 par le président de la Chambre des Notaires Marchoux, à l'emplacement des hôtels Vanel de Serrant et du passage des Petits-Pères, d'après les plans dessinés par l'architecte François Jean Delannoy. Inaugurée en 1826 sous le nom de Marchoux, puis rapidement baptisée Vivienne, cette galerie tire profit de son emplacement exceptionnel. Elle attire bon nombre de visiteurs avec ses boutiques de tailleur, bottier, marchand de vin, restaurateur, librairie Jusseaume, mercier, confiseur, marchand d’estampes ...

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

DSC09280DSC09281DSC09284

 

Juste à côté, la galerie Colbert qui avait été construite pour concurrencer la galerie Vivienne.

 

En haut de la rue vivienne on est tout près du passage des Panoramas qui abrite l'ancienne boutique de la maison Stern spécialiste de la gravure.

DSC09295

DSC09302DSC09306DSC09304

 

DSC09310DSC09311DSC09313

 

DSC09314

 

Il est temps de regagner la gare du nord...

En rentrant, une petite dégustation!!!

DSC09316

le puits d'amour de chez Stohrer!!!! Miam!!!!

 

 

chat-livreSources :

Paris gourmandises - Hélène et Irène Lurçat, Parigramme, 2009

Les pâtisseries de Paris - Jamie Cahill, Parigramme, 2009

Paris secret et insolite - Rodolphe Trouilleux, parigramme, 2009

Paris promenades dans le centre historique - Pascal Varejka, Parigramme, 2010

 

 

Pour voir toutes les photos dans l'album, cliquez ici!!

 

A bientôt pour une prochaine promenade gourmande!!!!

Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:20

 signature_4.gif

Petite promenade à Paris....

 

Pour gagner du temps, métro jusqu'à Opéra.

DSC09068

Direction la Madeleine par le Boulevard des Capucineset l'Olympia.

 

DSC09070

 

Et voici la première étape : un petit dej' chez Ladurée rue Royale!!

La vitrine, c'est déjà un vrai régal!!

 

DSC09074

 

DSC09076 DSC09077 DSC09073

 

Et à l'intérieur!!!...

DSC09080

Le salon de thé de la rue Royale a été restauré ; c'est un des premiers salons de thé de Patis et au XIXè siècle il avait un grand succès car les femmes pouvaient s'yrendre non accompagnées d'une escorte masculine sans avoir d'ennuis. Il a conservé sa décoration confiée à Jules Chéret, peintre affichiste de la fin du XIXè siècle, qui s'est inspiré des techniques picturales utilisées pour la chapelle Sixtine.

 

DSC09097

DSC09086

Croissant à l'ancienne et chocolat chaud....

Entre Angélina, le café Pouchkine et Ladurée, lequel est le meilleur??? Difficile de choisir.... Il va falloir encore goûter pour faire des comparaisons!!!

DSC09096

 

DSC09095DSC09098DSC09102

 

Continuons la promenade...

On rejoint la rue Boissy d'Anglas en traversant la cité Berryer, appelée aussi "Village Royal", au 25 rue Royale.

DSC09108DSC09111DSC09107

 

Au XVIIè siècle un terrain en grande partie non bâti s'étendait là, entre le chemin du rempart (l'actuelle rue Royale, qui date de 1728 et qui longeait l'enceinte de Louis XIII.) et la rue de la Magdeleine (la rue Boissy d'Anglas). On y avait édifié une caserne de mousquetaires sous Louis XIII. En 1723, on y a installé le marché d'Aguesseau et la voie privée a pris le nom du Marché d'Aguesseau avant de devenir en 1877 la cité Berryer du nom d'un avocat et homme politique.A partir de 1992 on y a mené une vaste opération de rénovation, en préservant les structures historiques et en s'inspirant des plans d'origine retrouvés aux Archives. Les boutiques, les appartements, les bureaux ont été entièrement restructurés à l'ancienne et l'ensemble, ouvert en 1994, a été baptisé "Village Royal".

Pour en savoir plus, cliquez ici...et cliquez sur le lien au-dessus.

DSC09113

 

On aboutit au 24 rue Boissy d'Anglas. Cette rue est née en 1865 de la réunion de la rue de la Madeleine au nord et de la rue de la Bonne-Morue au sud, ainsi baptisée à cause de l'enseigne d'un cabaret restaurant dont la spécialité était la morue.

Au numéro 30 s'ouvre la galerie de la Madeleine, créée en 1845, qui aboutit au 9 place de la Madeleine dans un immeuble Louis-Philippe.

DSC09135DSC09137DSC09140

 

DSC09139

 

La rue d'Anjou est parallèle à la rue Boissy d'Anglas. On passe devant l'hôtel Mazin la Fayette, édifié en 1728 par Antoine Mazin, architecte militaire du roi Louis XV. Miraculeusement préservé par le baron Haussmann lors des travaux d'élargissement de la rue d'Anjou, l'Hôtel devint tardivement en 1931 une copropriété, respectant ainsi au fil du temps les apports architecturaux successifs de Louis XV à Louis-Philippe. Le 1728 correspond aux salons de réception de l'Hôtel Mazin La Fayette, monument protégé par la Ville de Paris.

On peut le visiter et c'est aussi un salon de thé.

Pour en savoir plus, cliquez ici...

 

DSC09122DSC09123DSC09125

 

DSC09133

"Jadis et gourmande"... encore un endroit diabolique avec plein de bonnes choses à déguster, en particulier les spécialités à base d'orange confite.... miam!!!!

 

DSC09128

La maison Hermès...

 

DSC09142DSC09144DSC09146

La place de la Madeleine...

 

DSC09150

Le petit marché aux fleurs de la Madeleine

 

DSC09151

Un coup d'oeil à la vitrine de Fauchon....

L'ouverture de la maison remonte à 1886.

 

Après cette petite promenade, nous voilà à la Pinacothèque pour visiter l'exposition des masques de jade mayas

Super expo!!!

Promenade-a-Paris---la-Madeleine-le-marais 0683

 

Après l'exposition, direction le quartier du Sentier pour descendre vers l'hôtel de ville par la rue Montorgueil.

DSC09153

DSC09154

Au n°10 de la rue des Petits Carreaux on peut voir un remarquable coffrage de boutiques à panneaux de bois sculptés et destableaux en céramique.

Rue Montorgueil on peut encore voir des maisons du XVIIIè siècle, et au 51 on peut entrer voir la pâtisserie Stohrer.

Elle est ornée de panneaux décoratifs peints entre 1860 et 1864 par Paul Baudry (qui a décoré le grand foyer de l'Opéra de Paris).Quand Marie Leszczynska, fille du roi Stanislas de Pologne, a épousé Louis XV en 1725, son pâtissier Nicolas Stohrer l'a suivie à Versailles. Cinq ans plus tard, il a ouvert sa pâtisserie rue Montorgueil.

C'est lui qui a inventé le baba à partir d'une brioche sèche arrosée de vin de Malaga, parfum&ée au safran et enrichie de crème pâtissière, de raisins secs et de raisins frais. L'ex roi Stanislas, qui lisait alors les contes des Mille et une nuits, a baptisé le gâteau "Ali Baba". c'est encore la spécialité de la maison, avec les éclairs au chocolat et les puits d'amour (c'est vrai, c'est un régal!!!!)

La façade et les décors intérieurs évoquant les spécialités de la maison sont classés.

DSC09160DSC09161DSC09164

 

DSC09163DSC09162DSC09167

 

DSC09159

 

DSC09168

La rue Marie Stuart conduit au passage du Grand Cerf.

Située en dehors de l'enceinte de Philippe Auguste, c'était le domaine des prostituées et on l'avait baptisée rue Tire-Vit. Elle porte depuis 1809 le nom de Marie Stuart, l'épouse de François II, à cause d'une anecdote rapportée par Sauval, un des premiers historiens de Paris : en passant dans la rue, la reine aurait demandé son nom. comme il était indécent on lui aurait répondu "Tire-Boudin". La rue comporte un bel ensemble de maisons des XVII et XVIIIè siècles.

 

On arrive au passage du Grand cerf, réhabilité en 1990. En 1825 on a démoli l'hôtellerie du Grand cerf, terminus des diligences des Messageries Royales. Le passage a été créé après. Avec près de 12 mètres c'est le plus haut des passages parisiens. Destiné à la production et à l'artisanat plutôt qu'au luxe, il est décoré sobrement.

DSC09172DSC09177DSC09180

 

DSC09178

 

Dans le prolongement, on continue par le passage du Bourg-l'Abbé. ce passage a été créé en 1828. Il a été amputé d'un tronçon par la création de la rue de Palestro et du boulevard de Sébastopol. Les deux cariatides encadrant l'entrée figurent l'industrie et le commerce, symbolisées par des mièces de machines et par l'ancre, attribut de la marine marchande. Le cartouche est garni d'une ruche, symbole de l'activité économique.

DSC09181DSC09184DSC09185

 

Rue Etienne marcel, on peut voir la tour Jean Sans Peur, dernier vestige de l'hôtel de Bourgogne qui occupait tout l'espace compris entre les rues Tiquetonne, Montorgueil, Saint-Denis et Etienne Marcel.

La tour de 27 mètres témoigne de la puissance du duc de bourgogne à l'époque du conflit opposant les Bourguignons aux Armagnacs. Elle arbore les emblèmes de Jean Sans peur, les deux rabots et le fil à plomb, censés venir à bout du bâton noueux, symbole de Louis d'Orléans, cousin et ennemi juré de Jean Sans Peur.

DSC09187

 

Ensuite un petit tour par la rue de Montmorency ; au 51, c'est la maison de Nicolas Flamel

DSC09196

C'est la plus vieille maison de Paris.

 

Après ce petit tour dans le Marais, une petite pause resto au Châtelet!

 

En attendant la suite, vous pouvez regarder toutes les photos sur l'album en cliquant ici!!

 

signature_5.gif

Pour voir la suite cliquez sur le chat!

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 00:00

GigaSmiley.54e6683788a14827818d6d0170adca01.gif

Balade à Paris

Le musée du chocolat et le musée des arts forains

 

Les petites promenades du mercredi reprennent!!

Première étape, trouver des accessoires pour une soirée Far West... bijoux et perruque de Pocahontas!!!

DSC07814.JPG

Mission accomplie à la boutique de déguisements de la rue Montmartre!

personnage26.gif

DSC07808Mais avant, petit détour par la rue des martyrs pour une pause croissant et une provision de petits sablés pour le dessert du soir, pour suivre les conseils de mon guide touristique des bonnes boulangeries et pâtisseries de Paris! (et c'est vrai c'était bon!! )

 

En descendant la rue du Fbg Montmartre, un petit coup d'oeil chez Chartier... pour la prochaine fois!!!

DSC07820.JPG DSC07822.JPG DSC07821.JPG

 

Et voilà le Bd Bonne Nouvelle..... Un peu plus loin que le Grand Rex sur la gauche...

 

  Deuxième étape : le paradis du chocolat, le musée diabolique!!!!

images.jpgchoco.jpg

 

CHOCOSTORY!!!!!

(cliquez sur le lien pour plus d'infos sur le musée)


DSC07832.JPG

"Musée gourmand"... il porte bien son nom!! Déjà en arrivant, dès l'accueil, on nous propose des petits chocolats à déguster... noir, blanc, lait, caramel....

Avec le ticket d'entrée on a un chocolat chaud pour la fin de la visite.

 

images5

La visite commence par l'origine du chocolat et les Aztèques...les fèves de cacao, la récolte...

 

DSC07872

La déese du chocolat

 

DSC07851

 

DSC07845 DSC07840DSC07846

 

DSC07879DSC07882

 

DSC07901DSC07911

Les bols et les pichets pour boire le chocolat

 

DSC07929

 

DSC07946DSC07950

Des vitrines de Playmobiles retracent l'histoire du chocolat

 

DSC07966

Le chocolat arrive en France à la cour, Marie Antoinette se fait faire un service de tasses spécialement pour boire le chocolat chaud!!

 

DSC07971DSC07972

 

DSC07975DSC07976DSC07977

Oh! des robes qui se mangent!!!! Le chocolat inspire aussi la haute couture...

 

DSC07981

Et maintenant une démonstration : réalisation de chocolats fourrés au praliné! Avec une dégustation!!!

 

DSC07993

Dans les dernières salles, des affiches sur le chocolat, des boîtes, des bonbonnières, des moules et des ustensiles utilisés par les chocolatiers...

images.jpgchoco2.jpg

Et la visite se termine par un bon chocolat chaud!!! Un régal!!!!

 

 

images.jpgchat-choco.jpg

 

Et pour voir toutes les photos de l'album, cliquez ici!

 

Après cette visite réconfortante, direction Bercy pour un petit resto!Pour éviter les changements de métro, je rejoins la station "Pyramides" en passant par la place des Petits Pères, pour faire un petit arrêt "au Panetier" où il y a des bons pains au chocolat et des financiers extras!!

DSC08010.JPG

Dans la boutique on peut même s'installer dans une petite salle à manger aux murs recouverts de mosaïques et aux plafonds à moulures datant de 1896, décor carctéristique de l'Art Nouveau.

DSC08011.JPGDSC08013.JPGDSC08012

 

DSC08017.JPGDSC08022.JPG

 

DSC08009.JPG

 

Maintenant que mes provisions sont faites, je rejoins Bercy Village. Aujourd'hui c'est resto italien : une bonne assiette de pâtes et une pana cotta au caramel, avec un petit verre de chianti! ça réchaufe!! miammm!!

 

DSC08023.JPG

 

Dernière étape, le musée des Arts Forains.

D'autres renseignements sur le site des Pavillons de Bercy.

 

Ce musée est abrité dans une ancienne halle aux vins construite par un élève d'Eiffel. Son créateur, Jean-Paul Favand, a rassemblé depuis 35 ans des milliers d'objets rares : pièces foraines anciennes, objets du spectacle (Théâtre, music-hall) et objets de curiosités qui datent de la fin du XIXè-début XXè s., récupérés aux forains qui remplacent petit à petit leur matériel, décors et boiseries pour les remplacer par des matériaux plus modernes.

Les Pavillons de Bercy organisent des visites pour individuels et groupes sur réservation.
Ces visites sont guidées avec tours de manège, jeu et spectacle d'automates.

 

DSC08030

C'est une visite complètement dépaysante! On entre dans un univers féérique, c'est un autre monde! Ca vaut vraiment le détour!

 

DSC08033DSC08035

 

DSC08040DSC08048

 

DSC08054DSC08076DSC08066

 

DSC08104DSC08118

 

DSC08138DSC08161

 

DSC08152

Les automates portent des costumes d'opéra et les masques de cuir ont servi dans l'opéra italien. Ils ont été détournés dans le décor des salons vénitiens et remplacent les miroirs.

 

Saviez-vous que les manèges ne tournent pas partout dans le même sens?

En angleterre ils tournent dans le sens des aiguilles d'une montre, alors qu'en France, en allemagne ou en belgique ils tournent dans l'autre sens!

Quand on regarde les chevaux de bois des manèges, il faut regarder de quel côté ils regardent. Par exemple le centaure tourne la tête à gauche, il regarde vers le public, il vient d'un manège anglais. ses jambes allongées en avant et en arrière sont aussi caractéristiques du style anglais.

DSC08235

 

Le cheval regarde vers la droite, il a les oreilles pointées en avant et il se tient bien droit, caractéristique du style allemand, ainsi que la selle bien travaillée dans le détail.

DSC08229

Les chevaux étaient souvent en tilleul, un bois tendre et léger qui durcit en vieillissant et qui ne fait pas d'échardes, ce qui était utile dans les nombreux montages et démontages des manèges.

 

DSC08297

Le manège à vélos date de 1897 Le décor central est de facture belge mais le propriétaire était anglais (il tourne dans le sens des anglais).

Il fallait pédaler ; c'est un manège pour adultes (plus de 12 ans) qui peut atteindre 60km/h, la vitesse d'un cheval au galop. Il a été testé par les pompiers de la caserne voisine, à 13 ils ont atteint 57km/h!

Une scène du film de Woody Allen "Midnight in Paris" a été tournée sur ce manège.

 

Et voilà la visite est terminée!!  la journée a été bien remplie!

 

Pour voir toutes les photos, cliquez ici pour aller sur l'album!

 

D'autres promenades sont prévues.... des expos, des salons de thé...;

 

A suivre!......ue8t5ka4

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:39

liieq06l.gifAmbiance Noël, la suite!

 

  D'abord, un petit tour chez Marks et Spencer qui vient d'ouvrir sur les Champs Elysées ; exprès pour les super caramels, les apple pies et le cake!

 

DSC07268

 

Petit arrêt chez Starbucks pour un croissant avec un capuccino.

DSC07266

 

Ensuite, retour à pied jusqu'à la Concorde dans les chalets du marché de Noël au milieu des chocolats, du pain d'épice et du vin chaud.... Ca sent bon!!!!!

 

DSC07273

 

DSC07278

 

DSC07284

 

Petit tour aux Tuileries pour la vue sur la grande roue

 

DSC07298

 

Un petit coup d'oeil chez Maxim's en allant rejoindre le métro Madeleine.

DSC07306

 

Ensuite, direction cours st Emilion pour les boutiques, le repérage des cadeaux de Noël,  et un petit resto. Aujourd'hui c'est un bagel chez Factory and co.

 

DSC07314

 

Après midi, expo "Giacometti et les Etrusques" à la Pinacothèque.

L'expo fait un rapprochement entre l'oeuvre de Giacometti et l'art étrusque (voir le lien)

 

Un petit coup d'oeil aux vitrines de la place de la Madeleine : Fauchon, Hédiard.... et pas loin, rue Royale, Ladurée.

DSC07316 DSC07317

 

DSC07318

 

DSC07308 Le temps manque aujourd'hui mais la prochaine fois, il faudra prévoir un petit arrêt dans la boutique, c'est le premier salon de thé Ladurée à Paris. La déco est magnifique!

Et il y a encore plein de bonnes adresses en réserve pour un petit goûter...

 

A suivre....

 

qrzbiz0q.gif

Pour voir l'album photos, cliquer ici

Partager cet article
Repost0